ELYTIS (O.)


ELYTIS (O.)
ELYTIS (O.)

Deuxième prix Nobel (1979) après Georges Séféris (1963), Odysseus Elytis est sans doute un des poètes majeurs de la Grèce contemporaine. Sa réputation de « poète de la mer Égée » ne doit pas tromper. Ce n’est pas, bien entendu, dans la peinture statique du paysage grec ni dans la présence de quelques thèmes persistants (îles, mer, soleil, jeunes filles, etc.) que réside l’importance de cette œuvre polyvalente, mais dans un effort d’unité profonde où la poésie joint la nature, l’histoire et la liberté. Pur poète lyrique, Elytis combine l’acuité du regard avec la force de l’imagination et la fraîcheur du sentiment. En dernière analyse, le surréalisme ne lui a révélé qu’une aptitude qui lui était propre: celle d’unir et de transformer les choses à la fois.

Les trois périodes de la libération poétique

Originaire de Lesbos, Elytis naquit à Héraclion (Crète) en 1911 et, dans son enfance, il effectua plusieurs séjours dans les îles de la mer Égée (Spetsai, Cyclades). C’est ainsi que se forme au moment propice sa conscience insulaire ou, selon son propre mot, sa « métaphysique solaire ». Fait caractéristique: chez les poètes grecs qui lui sont les plus proches et les plus chers (de Sappho à Solomos, Calvos et Sikélianos), nous retrouvons le même contact avec la nature et le même sens de l’amour et de la lumière.

Elytis appartient à une génération de novateurs, celle de 1930, et il s’oriente dès ses débuts vers une expression poétique d’avant-garde. Le hasard lui rend service de façon significative: un jour, dans une librairie athénienne, il tombe sur un livre de Paul Eluard. Au demeurant, l’an 1935 est une date importante non seulement pour la littérature néo-hellénique en général (apparition officielle du surréalisme en Grèce avec un recueil de poèmes d’A. Embirikos, parution de la revue Les Lettres nouvelles ), mais aussi pour le jeune poète en particulier (révélation de la nature grecque, publication de ses premiers vers). C’est ainsi que commence une œuvre féconde, dans laquelle il distingue lui-même trois périodes (cf. son interview à Ivar Ivask, Books Abroad , 1975).

La première est celle des Orientations ( 刺福礼靖見益見精礼凞晴靖猪礼晴, 1940) et de Soleil le premier (‘ 鱗凞晴礼﨟 礼 神福諸精礼﨟, 1943). Elle consacre la priorité de la nature et des métamorphoses. On dirait ici que, à l’instar du jeune Sikélianos, Elytis prend son premier « bain cosmique » dans la mer grecque, sous la lumière éblouissante d’un soleil placé au centre de son univers. Mais il ne faut pas sous-estimer l’apport du surréalisme: en réalité, la métaphore l’emporte sur la comparaison. Les choses ne se ressemblent pas, ne sont pas les unes comme les autres; elles se transforment et s’identifient, elles se confondent les unes avec les autres.

C’est à la guerre, cependant, qu’Elytis doit son passage à une nouvelle étape qui, sans l’amener à se renier, rend de plus en plus sensible dans son œuvre la présence de l’histoire. Les expériences personnelles du poète, qui fut combattant de la guerre gréco-italienne (1940-1941), n’y sont certainement pas pour rien. Elles apparaissent aussi bien dans Chant héroïque et funèbre pour un sous-lieutenant tombé en Albanie ( 藺r 靖猪見 兀福諸晴礼 見晴 神﨎益晴猪礼 塚晴見 精礼益 﨑見猪﨎益礼 見益羽神礼凞礼﨑見塚礼 精兀﨟 藺凞廓見益晴見﨟, 1945) que dans Axion esti ( 糖礼 藺﨡晴礼益 﨎靖精晴, 1959). Mais ces deux œuvres, séparées par un long silence public du poète, s’opposent sur plusieurs points. Ce qui dans la première est encore un contact immédiat avec l’événement devient dans la seconde rapport profond à la diachronie. Œuvre de synthèse à l’architecture tripartite et qui tire profit de la poésie ecclésiastique et moderne à la fois, Axion esti marque sans doute dans la création d’Elytis une étape importante: le poète se transforme sans perdre son aptitude à rester le même.

Cette aptitude se manifeste non seulement dans Six Plus Un Remords pour le ciel (’ 林﨡兀 見晴 猪晴見 精羽祥﨎晴﨟 塚晴見 精礼益 礼羽福見益礼, 1960), mais aussi dans les poésies plus récentes telles que L’Arbre de lumière et la quatorzième beauté ( 糖礼 﨏諸精礼嗀﨎益精福礼 見晴 兀 嗀﨎見精兀 精﨎精見福精兀 礼猪礼福﨏晴見, 1971), Maria Néphéli ( 識見福晴見 什﨎﨏﨎凞兀, 1978). Il publie également des essais sur la littérature et sur les écrivains qui lui sont proches: Cartes sur table ( 藺益礼晴﨡精見 輻見福精晴見, 1974) et Seconde Écriture ( 﨎益精﨎福兀 臨福見﨏兀, 1976). Ce qu’Elytis appelle « métaphysique solaire » et qui marque sa troisième période n’est sans doute pas étranger à un certain nombre d’expériences personnelles et collectives: dictature des colonels en Grèce, mai 1968, deuxième séjour du poète à Paris (1969-1972). C’est en ce sens qu’il achève d’émanciper son œuvre de toute limite pour la mettre au service de la liberté: « Je considère la poésie comme une source d’innocence pleine de forces révolutionnaires. Ma mission est de diriger ces forces contre un monde que ma conscience ne peut accepter, de façon à ce que je puisse, à travers des métamorphoses successives, mettre ce monde en accord avec mes rêves » (1975).

Un surréaliste non orthodoxe

Mettre le monde en accord avec ses rêves? Mais Elytis s’y applique avec zèle depuis qu’il écrit. Révolutionnaire dans le sens le plus large du terme, il ne cesse de songer à des changements profonds:
DIR
\
J’ai brassé les horizons dans la chaux et, d’une main lente mais sûre, bâti les quatre murs de mon futur. Il est, dis-je, grand temps que l’impudicité accède à la sacralité et dans un Couvent de Lumière garantisse l’instant suprême où le vent déchira une nuée légère sur l’arbre des extrémités de la terre./DIR

Surréaliste peu enclin à la politique et assez respectueux de la tradition grecque, Elytis n’est pas un partisan de l’écriture automatique; bien au contraire, depuis sa jeunesse il considère que, pour maîtriser la matière poétique, « il faut toujours une intervention consciente » (1938). Esprit pictural (la peinture occupe dans sa vie la deuxième place après la poésie), il transforme ses impressions en images dans lesquelles la présence d’éléments contraires semble être moins motivée par un effet de contraste que par un besoin d’« unité de tout ». Visionnaire et voyant, il appartient à la famille des poètes qu’il traduit, et entretient des rapports privilégiés avec la poésie française: Rimbaud, Lautréamont, Eluard... Dans son œuvre, le miracle est aussi réel que la lumière est transparente. Chantre de l’amour et de la mer, païen et chrétien à la fois, Elytis n’a cessé d’honorer « la sainteté des sens » et d’affirmer sa vision « biologique » des choses, son optimisme et sa foi profonde en l’avenir de l’homme.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Elytis — Elytis, Odysseus …   Enciclopedia Universal

  • Elytis — (Odhysséas Alepudh^lis, dit Odysseus) (1911 1996) poète grec. Le lyrisme solaire et dionysiaque de ses débuts se conjugue ensuite à l engagement politique. P. Nobel 1979 …   Encyclopédie Universelle

  • Elytis — Elytis,   Elitis, Odysseas, neugriechischer Dichter, eigentlich O. Alepudelis, * Heraklion 2. 11. 1911, ✝ Athen 18. 3. 1996; gehörte zum Kreis um G. Seferis, der die neugriechische Dichtung in den 1930er Jahren erneuerte. Er schuf naturverbundene …   Universal-Lexikon

  • Elytis — Odysseas Elytis Odysseas Elytis (griechisch Οδυσσέας Ελύτης, eigentlich Οδυσσέας Αλεπουδέλης, Odysseas Alepoudelis; * 2. November 1911 in Iraklio auf Kreta; † 18. März 1996 in Athen) war ein …   Deutsch Wikipedia

  • Elytis — Odysséas Elýtis Odysséas Elýtis (en grec Οδυσσέας Ελύτης), pseudonyme d’Odysséas Alepoudélis (Οδυσσέας Αλεπουδέλης), est un poète grec né le 2 novembre 1911 à Héraklion et mort le 18 mars 1996. Il a reçu le prix Nobel de… …   Wikipédia en Français

  • Elytis — biographical name Odysseus 1911 1996 Greek poet …   New Collegiate Dictionary

  • Elytis — E•ly•tis [[t]ɛˈli tis[/t]] n. big Odysseus(Odysseus Alepoudelis), 1911–96, Greek poet: Nobel prize 1979 …   From formal English to slang

  • Elytis, Odysseus — or Odysseas Elytēs, orig. Odysseus Alepoudhelis born Nov. 2, 1911, Iráklion, Crete died March 18, 1996, Athens, Greece Greek poet. The scion of a prosperous Cretan family, he began publishing verse influenced by French Surrealism in the 1930s.… …   Universalium

  • Elytis,Odysseus — El·y·tis (ĕlʹē tēs ), Odysseus. 1911 1996. Greek poet. He won the 1979 Nobel Prize for literature. * * * …   Universalium

  • Elytis, Odysseus — ► (1911 96) Poeta griego, introductor del surrealismo en su país. Fue premio Nobel de Literatura en 1979. Autor de El primer sol (1943) y Canto heroico y fúnebre por el subteniente caído en Albania (1945). * * * u Odysseas Elytes orig. Odysseus… …   Enciclopedia Universal